L'anamnèse
Philippe Milbergue
  • L'anamnèse
Philippe Milbergue

L'anamnèse - Philippe Milbergue

10,00 €
Aucune taxe

« L’ANAMNÈSE, c’est d’abord un geste d’écriture. Un don. Un acte où écrire, transcrire, au sens où Antonin Artaud pouvait comprendre l’homme écrivant comme seul médium entre raison ou irraison, poser des faits exacts, exacts puisque le fantasme appartient toujours au corps désirant, exacts parce que racontés et mis en scène pour être ressentis comme narrativement biographique, qu’ils le soient ou non importe peu, exacts enfin parce qu’ils entrent en résonance avec la petite histoire collective d’une époque (la petite fille de Mexico), tend à composer un « autre » roman. »

Jean-Adrien Zeugue

Quantité

 

Livré sous 3 à 5 jours ouvrés.

"Je cherche et puis j'oublie" - voyager loin avec Philippe Milbergue

Max Mercier

"Joy On The Other Side", extrait de l'album THE TRUTH sorti en 2009. J'ai choisi ce morceau de Ruthie Foster pour le martèlement déraisonnable du tempo et l'idée que
la délectation puisse s'affranchir des contraintes sur l'autre rive du fleuve. Le thème wildy roots embrasse agréablement les étincelles de Philippe Milbergue, l'auteur du jour. Isn't it ?
Penser à la chanson du Grand Jacques, avec ces notes incrustées en nos sifflotements épars depuis le milieu des années soixante. Y penser. Puis oublier. Philippe Milbergue, lui, passe ses jours, ses mois, ses années à chercher. A la fin on le trouve. En toutes lettres sous les regards plissés de sa jolie Valérie. Son livre paru récemment aux Editions Tol'ed n'a rien d'un inconnu pour celles et ceux qui ont pris l'habitude de feuilleter le blog de l'artiste. Le titre fait un peu peur : « L'Anamnèse ». L'avantage, c'est qu'il ne s'agit point d'une abominable folie. Mieux, les feuillets peuvent apporter la guérison au détour de phrases puisées à l'univers des autres et puis des siens.

Ce recueil de quatre vingt quatre pages m'a troublé. Je n'en suis guère étonné dans la mesure où l'écriture milberguienne a toujours résonné en moi de façon déroutante, heurtée, presque physiquement palpable. Devant les articles du maître j'ai parfois avoué ne pas comprendre, tout en me laissant porter par la musicalité et la profondeur des mesures. J'ai retrouvé dans l'Anamnèse cette magie du verbe. Le poète revient en boucle sur ses souvenirs d'enfance, adolescence, plus tard, avant, toujours, et nous dit combien tout ceci n'existe pas, enfin comment tout ceci n'est que vie et don de soi, pourquoi l'altérité, où tout cela fait mal, et quand reviendras-tu ? Attention, lire Philippe Milbergue reste une expérience qui nous écarte nécessairement des Musso ou Lévy. L'Anamnèse ausculte l'acte créatif en partant des rêves, des peurs, des manquements, des oublis de l'auteur. Il m'a fallu un temps d'adaptation pour accepter ces retours hélicoïdaux sur son histoire personnelle. Puis j'ai laissé les vagues me balloter sans crainte. Le personnage principal campe en son rêve. Inventer pour marcher. Crier pour aimer. « Les hommes et les femmes se regardent en miroir », dit-il. « Il est Elle. Elle est lui ». Puis recommencer. L'obsession du recommencement. De la marche qu'on a déjà gravie. De l'escalier qu'il faut dégringoler.


Avant de.
Recommencer.

L'Anamnèse a du caractère. Mais cette fois tu es le médecin. Tu la retournes comme bon te semble. Il est possible de la boire d'un trait, cul sec pour étancher ta soif, ou bien piocher au hasard des remous du torrent. Il y aura toujours une nouvelle pépite à ramasser au fond de ton tamis. Philippe est un magicien à la plume solaire : il te transforme en chercheur d'or à qui sourit la chance. Alors tu pourras enlacer l'amour. Lire et relire un chapitre pour de rire. Pour exister. Pour « être cette vie hors nous comme elle est en nous jusqu'au dernier sourire, de l'autre côté de la glace... ». Yeah, Ruthie, just joy on the other side.

Rom_001
50 Produits